Naissance d’une Montre

détail du dossier
Naissance d’une Montre
Initié en 2011, le projet « Le Garde Temps – Naissance d’une Montre » poursuit son chemin et fait désormais partie des fondamentaux de Greubel Forsey. L’origine de cette aventure humaine et technique découle d’un constat alarmant établi avec l’horloger Philippe Dufour: en raison de l’industrialisation croissante du monde horloger, tout un savoir-faire artisanal est en train de disparaître. Le grenage ou les gouges polies, par exemple, sont peu à peu condamnés à l’oubli. Les musées d’horlogerie sont remplis d’anciens outils, mais il n’y aura bientôt plus personne pour savoir de quelle manière nos prédécesseurs les utilisaient.

Nous avons ainsi désiré sauvegarder, pérenniser et transmettre des techniques, des tours de main, et nous avons pour cela choisi Michel Boulanger, jeune professeur à l’École d’horlogerie de Paris. Sa mission est la suivante: jusqu’en 2014, Michel devra apprendre auprès de Philippe et nous-mêmes ces savoir-faire traditionnels et ancestraux du «fait main», afin de réaliser entièrement à la main, sans l’aide d’outillage à commande numérique, une montre-bracelet tourbillon, trois aiguilles à remontage manuel, réalisée à quelques exemplaires seulement. Depuis le début, des films en trois dimensions, un blog alimenté périodiquement accompagnent la gestation de ce garde-temps d’exception.

Mais le projet ne s’arrête pas là: Michel devra par la suite transmettre les savoir-faire acquis. La chaine de transmission demeurera ainsi vivante.

Cette aventure représente un double challenge. D’une part, il s’agit de se ménager la possibilité qu’une seule personne puisse réaliser entièrement un garde-temps à la main, sans l’aide d’une manufacture et de ses ouvriers spécialisés, et surtout de démontrer qu’on peut être créatif quand bien même on disposerait de peu de moyens.

D’autre part, si « Le Garde Temps – Naissance d’une Montre » tire sa substance du passé, son but ultime est de mettre ces diverses techniques anciennes au goût du jour.