La co-création artistique Art Piece 1

détail du dossier
La co-création artistique Art Piece 1
Willard Wigan est le premier artiste avec lequel nous travaillons. En découvrant ses sculptures logées dans le chas d’une aiguille ou juchées sur une tête d’épingle, nous avons en effet retrouvé un langage miniaturiste que nous partageons : il n’est donc pas anodin qu’il inaugure, nous l’espérons, une longue lignée de co-créations.

Willard Wigan est le premier artiste avec lequel nous travaillons. En découvrant ses sculptures logées dans le chas d’une aiguille ou juchées sur une tête d’épingle, nous avons en effet retrouvé un langage miniaturiste que nous partageons : il n’est donc pas anodin qu’il inaugure, nous l’espérons, une longue lignée de co-créations.

En visitant notre Atelier, Willard Wigan a pris pleinement conscience de ce que nous développons ici : «l’esprit Greubel Forsey». Il a ainsi saisi combien notre obsession pour la perfection échappait à toute rationalité et résonnait avec certaines de ses préoccupations d’artiste.

Très vite s’est imposé le désir de réaliser ensemble une co-création. Il a fallu que nous entrions dans le monde de Willard Wigan, et lui dans le nôtre, car cette co-création ne peut se résumer à une simple collaboration. A posteriori, ce qui nous apparaît aujourd’hui particulièrement réjouissant, c’est qu’en nous engageant dans cette aventure, il y a quelques années, nous ne savions absolument pas s’il serait possible de la mener à bien.

Elle a nécessité la mise au point d’un modus operandi commun, susceptible de générer une symbiose de nos univers créatifs respectifs. Il aurait certainement été trop facile d’inclure une de ses micro-sculptures dans un garde-temps déjà manufacturé. Or, nous voulions travailler de façon étroite et interactive pour créer une œuvre qui porte en elle l’esprit de Willard Wigan et du nôtre.

Nous avons ainsi créé un garde-temps inédit, auquel nous avons inclus un mini-microscope, dont la mise au point a représenté un important défi technique : en réduisant cet instrument optique à la taille d’une pièce d’horlogerie, nous parvenons tout de même à un grossissement de plus de 20 fois. Coller son œil à cette lentille miniature se révèle le seul moyen d’apercevoir la sculpture de Willard Wigan.

Afin de célébrer cette rencontre entre deux univers, nous avons baptisé ce nouveau garde temps du nom d’Art Piece 1. Signalons enfin que cette co-création, dont le monde de l’horlogerie ne connaît pas de précédent, est encore en cours de création. Elle n’est donc pas présentée sous sa forme définitive à l’heure actuelle.

Né en 1957, l’artiste Britannique Willard Wigan crée les plus petites sculptures au monde. Sous un microscope, il sculpte, à l’échelle de quelques microns, l’or, des cheveux, des grains de riz, et cela lui demande de fournir d’intenses efforts physiques. Il s’avère en effet capable de ralentir son rythme cardiaque, car il doit, avec son scalpel, attaquer la matière entre deux battements de son cœur. Ainsi le spectateur peut-il admirer, exclusivement à l’aide d’un microscope, diverses figures et monuments populaires réinterprétés par cet artiste atypique, comme le David de Michel-Ange, la Statue de la Liberté, ou encore Nelson Mandela.